John Travolta: Kelly Preston demande le divorce

Publié le par Zélia S.

http://images.huffingtonpost.com/gen/56374/original.jpg

Sa femme n'en peut plus du scandale

 

Suite aux accusations d’agressions sexuelles dont John Travolta est la cible depuis quelques jours, sa femme Kelly Preston aurait craqué et demandé le divorce. Elle n’en peut plus de la double vie de son époux.

 

 

Trop, c’est trop. Kelly Preston craque et ne supporte plus le tourbillon dans lequel elle est entraînée bien malgré elle avec les accusations dont son mari John Travolta est la cible. Depuis quelques semaines, l’acteur est en effet l’objet de plusieurs plaintes pour agression sexuelle et son épouse ne semble plus vouloir le soutenir dans l’adversité.



Selon le National Enquirer, Kelly Preston aurait même demandé le divorce. Depuis le début du scandale, elle s’est murée dans le plus grand silence, donnant l’impression de rester solidaire d’un homme qu’elle a épousé il y a plus de 20 ans et dont elle a eu trois enfants. Seulement voilà, dans l'intimité du couple, la réalité serait tout autre. Cela fait des années en effet que Kelly Preston est au courant de la double vie de John Travolta et de ses incartades, mais selon le journal, elle était d’accord pour fermer les yeux tant que cela restait dans la sphère privée. Avec ces histoires d’agressions sexuelles qui ont conduit au grand déballage sur la vie de l’acteur de La fièvre du samedi soirKelly Preston se dit humiliée et souhaite mettre un terme à leur mariage.



Reste maintenant à voir si elle va aller au bout de sa démarche car l’Eglise de Scientologie dont elle fait partie, tout comme John Travolta, n'approuve pas le divorce. Même si l’avocat de la star hollywoodienne nie les faits et répète que les accusations sont «mensongères et ridicules», même si deux des trois plaintes ont été retirées (dans des circonstances étranges), Kelly Preston n’en peut plus et fait volte-face devant John Travolta.

 

Les saucisses sont cuites, euh non non, les carottes  ^^

Zélia S.

Publié dans People

Commenter cet article